entreprise et patrimoine industriel e+pi

les secrets de la Sèvre

 

Ce livre prolonge l’exposition itinérante « Sèvre nantaise et industrie, la roue tourne ! » sous la direction d’Arnaud Biette-Du Pasquier, président d’E+pi(www.epi-asso.org).
Ce livre contient une carte dépliante en 4 volets de la Sèvre avec les sites industriels du moyen âge à nos jours.
Le contenu des 16 panneaux de l’exposition et des apports de plusieurs auteurs pour élargir le sujet depuis la source jusqu’à Nantes.

 

Les trésors de la Sèvre

Les trésors de la Sèvre

 

La Sèvre dans sa partie rattachée à la région des Pays de la Loire s’étend sur 105 km et va révéler son potentiel hydraulique bien faible dans ses 31 premiers kilomètres depuis sa source ainsi que ses capacités de navigation en aval. On y recense 98 chaussées dont certaines à partir de Tiffauges vont être exploité des 2 rives. En effet Le rendement d’exploitation augmente fortement depuis les moulins de Gaumier et l’on peut parler d’une certaine surexploitation ce qui en fait un centre de production essentiel pour la région typique de la révolution industrielle à la française qui va utiliser l’énergie naturelle le plus longtemps possible.

Tout les sites sont existants depuis le 18ème siècle et sans doute encore plus tôt (certains chercheurs estiment que tout les sites sont tous en place au 16ème siècle) En tout cas le plus ancien remonterait à 1115. Le type d’activité va varier suivant les périodes, mais la plupart valorise les produits agricoles locaux comme le lin, le chanvre, le blé, les peaux des animaux, la laine des troupeaux voisins…L’après révolution va redistribuer les cartes au profit du textile choletais et des tanneries pour alimenter les nombreuses et récentes usines de chaussures et de confection, au détriment des moulins à grain et à foulon ainsi que les papeteries.

De vastes usines vont s’y déployer à l’aide de la vapeur puis de l’électricité après avoir modernisées les roues hydrauliques qui peuvent atteindre 7,10 m de diamètre. Cette époque est révolue à part sur 5 sites et on assiste à un changement d’usage au profit du grand public et de ses riverains de plus en plus nombreux attachés à son caractère bucolique.

Cela en fait la rivière la plus exploité pour sa force hydraulique de la région.